L’histoire de la première plate-forme « Wing » de Jim Drake

Publié le , par Pierre
L'histoire de la première plate-forme "Wing" de Jim Drake

L’idée de la première plate-forme « Wing » est née en août 1981, lorsque Jim Drake m’a rendu visite dans la rédaction surf à Munich. C’était le précurseur du surf à voile moderne.

L'idée de la première plate-forme "Wing" est née en août 1981, lorsque Jim Drake m'a rendu visite dans la rédaction surf à Munich. C'était le précurseur du surf à voile moderne.

Jim et moi étions amis depuis 1977, date de la création de Surf-Magazin, et de la publication de mon article sur le « véritable inventeur » du windsurf.

C’est ainsi qu’en août 1981, au cours d’un dîner, nous avons discuté des expériences que nous avions faites plus d’un an auparavant lors de la Coupe PanAm à Hawaï – le développement des funboards et les premiers sauts vraiment hauts au-dessus des vagues.

Entre-temps, lors de nos tests de surf à Gran Canaria, j’avais observé à plusieurs reprises des poissons volants qui sortaient de l’eau à côté de nos planches et qui naviguaient souvent à des dizaines de mètres à côté de nous.

J’ai demandé à Jim si nous ne pouvions pas faire quelque chose de similaire aux poissons volants avec nos planches de surf et j’ai décrit mon observation selon laquelle nos planches à voile typiques ne sont tout simplement pas symétriques et qu’après un saut, on se renverse sur le côté et on tombe dans l’eau.

« Et si nos planches étaient en quelque sorte symétriques et que vous pouviez voler un peu en sautant comme un poisson volant ? » J’ai demandé.

Je n’avais aucune idée de ce à quoi quelque chose comme ça pouvait ressembler, mais les yeux de Jim ont immédiatement clignoté.

Il m’a répondu : « Je crois que j’ai la solution. »

Théorie de l’aérodynamique

En tant que concepteur d’avions et expert en aérodynamique, il m’a expliqué le principe de son système de voilure.

Les deux moitiés d’aile doivent être de la même taille, légèrement inclinées, et n’avoir qu’une seule flèche centrale car alors l’aile s’incline automatiquement d’un côté ou de l’autre si vous tournez légèrement le nez hors du vent.

Pour être honnête, je n’ai pas compris tout de suite.

Nous avons fait un dessin sur un morceau de papier, et Jim a décrit le principe dans un court texte.

Le lendemain, j’ai construit un petit modèle à partir d’un morceau de mousse de planche de surf (Clark Foam), que je possède encore aujourd’hui.

J’ai ensuite tenu le modèle devant un ventilateur pour le tester. Et voilà, ça a parfaitement fonctionné.

Peu de temps après, j’ai suggéré à Jim de déposer une demande de brevet pour ce modèle. L’idée est tout simplement trop bonne.

Bien sûr, cette proposition a été inspirée par le fait que l’ancien partenaire de Jim Drake, Hoyle Schweitzer, a administré le brevet de planche à voile d’une main de fer, a exigé des droits de licence élevés, toute l’industrie a gémi et Drake, en tant qu’inventeur réel de la planche à voile, n’était plus impliqué.

À l’époque, j’ai pensé qu’il était juste que Jim récolte les fruits de son travail avec un nouveau brevet pour un gréement peut-être bien meilleur.

Jim a déclaré que je lui avais donné l’idée initiale et qu’il aimerait déposer le brevet avec moi.

Le 13 octobre 1981, nous avons déposé un brevet pour un appareil de forage d’ailes à l’Office européen des brevets (OEB) à Munich.

J’ai couvert les frais et je possède toujours tous les documents de cette époque.

Comme nous voulions vraiment essayer l’aile sur une planche et dans le vent, j’ai demandé à quelques fabricants de planches de surf en Allemagne s’ils seraient prêts à construire deux prototypes pour nous, dont le fabricant de voiles Deuter et Klepper.

J’ai finalement obtenu une acceptation au Schütz-Werke de Selters, au nord de Francfort, qui à l’époque venait de commencer avec la marque Fanatic.

Mon contact était le célèbre navigateur Ulli Libor, qui dirigeait la zone de surf.

Jim Drake et moi nous sommes rencontrés en octobre 1981 à Selters, où Jim a pu faire des dessins techniques précis de la « Wing » dans le bureau d’études, que j’ai toujours aujourd’hui.

Ensuite, deux gréements en tubes d’aluminium ont été construits dans le département des prototypes de la Schütz-Werke.

En même temps, j’ai demandé à mon ami, le voilier André Lefebvre (Bostalsee en Sarre), s’il pouvait nous fabriquer deux voiles sur mesure.

Jim lui a également fait un plan de coupe aux dimensions exactes.

André a ensuite fabriqué trois voiles, une jaune pour Jim, une rouge foncée pour moi et une verte pour lui-même, qu’il a ensuite essayée sur le Bostalsee avec un mât de soutien sur la planche.

Essai de conduite

Jim Drake a emmené l’un des deux prototypes et la voile jaune en Californie, puis, fin janvier 1982, à la PanAm Cup à Kailua, où Pete Cabrinha, Richard Whyte et Randy Naish ont testé la « Wing ».

J’ai emmené mon prototype avec la voile rouge foncé en Thaïlande en novembre 1981, où j’ai rendu visite à Bert Morsbach et à son entreprise de planches de surf « Cobra » à Bangkok.

J’ai ensuite conduit jusqu’à la plage de Hua Hin, à environ 200 kilomètres au sud de Bangkok, pour essayer l' »Aile ».

C’était le 11 novembre 1981, j’étais donc le tout premier à essayer l' »Aile ».

Malheureusement, les conditions n’étaient pas bonnes – peu de vent (un ou deux Beaufort) et des vagues agitées.

J’ai essayé de passer à travers le petit surf, le gréement a plongé dans l’eau et le wishbone central s’est cassé lors de la première tentative.

J’étais assez désespéré, mais je n’ai pas abandonné.

Dans l’après-midi, j’ai pris un mât en carbone de mon gréement de planche à voile, je l’ai vu à la bonne taille et je l’ai intégré à l’aile.

Le lendemain – le 12 novembre 1981 – je suis sorti de nouveau et j’ai eu au moins autant de succès que j’ai pu naviguer aller et retour à quelques reprises – comme tout débutant avec un nouvel appareil.

Le prototype « Wing » avec cette voile rouge foncé est toujours dans mon garage.